Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions

Verriers italiens LyonDans le cadre du séminaire du groupe Telemmig, animé  le lundi 1er juin  (9h30-salle Temime, MMSH) par Xavier Daumalin,  Stéphane Kronenberger, post-doctorant en histoire contemporaine (A*Midex à Aix Marseille Université Projet SynTerCaIM),  présentera une communication sur

Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions 

Au XIXe siècle, les verreries constituent un des principaux employeurs de la main-d’œuvre juvénile, dont une large part de petits italiens, amenés en France par de véritables réseaux mafieux, ou arrivés au-delà des Alpes en compagnie de leur famille. Elaborée au sein de cercles réformateurs, qui donneront naissance à l’Office du travail, puis à la direction du travail, et enfin en 1906 au ministère du travail et de la prévoyance sociale, la législation française tente néanmoins de protéger ces travailleurs vulnérables que sont les femmes et les enfants, en soumettant les employeurs à diverses obligations légales. Une inspection du travail est d’ailleurs mise en place, afin de contrôler le respect, souvent aléatoire, des règles édictées. L’Etat italien et l’Eglise se préoccupent également de ces émigrants, dont le nombre ne cesse globalement de croître, dépassant ainsi, lors du recensement de 1896, les Belges. Devant la multiplication des affaires de falsification de papiers d’identité, à l’instar de celle intervenue en 1902 à Marseille, la France et l’Italie s’engagent, par ailleurs, à la Belle Epoque dans des négociations bilatérales ayant certes officiellement pour objectif d’assurer une meilleure protection des ouvriers, mais qui participent également, dans le même temps, à parachever un rapprochement franco-italien déjà en marche. Ainsi si l’un des buts est atteint en 1914, avec le maintien de la neutralité italienne lors du déclenchement de la Grande Guerre, le calvaire des petits verriers italiens se poursuit inexorablement.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *