Archives de catégorie : Publications

« Femmes latino-américaines en contextes de migrations : partir, rester, revenir »

 babyVirginie Baby-Collin ( Université Aix Marseille-Telemme) et Anna Perraudin (Université Paris 7-URMIS ) ont dirigé un dossier dans Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire)  « Femmes latino-américaines en contextes de migrations : partir, rester, revenir », n°31, 2016,

https://alhim.revues.org/5406

Présentation:

À la longue invisibilité féminine dans les processus migratoires à l’échelle historique, ont succédé des travaux récents montrant de quelle façon les femmes ont participé, et participent de plus en plus, aux mobilités internes comme internationales. Leurs profils se sont diversifiés : en termes de générations, de niveaux de qualification et d’emploi exercé (avec une importance particulière des emplois liés à l’économie du care), de motivations, de configurations familiales. Les origines et les destinations des flux se sont complexifiés, des échelles nationales aux mobilités et circulations internationales, entre pays latino-américains, entre Amérique latine et Amérique du nord, mais aussi d’autres régions du monde vers les Amériques. Ce dossier ALHIM présentera des travaux de recherches en sciences sociales autour de quatre thématiques :

  • La mesure et la caractérisation de la migration des femmes dans les Amériques ;
  • L’enjeu de l’emploi féminin des migrantes ;
  • Femmes et reconfigurations familiales transnationales ;
  • La migration féminine comme source d’empowerment et mode d’agency  ou bien simple maillon d’une chaine de développement inégal caractéristique du capitalisme global dans la mondialisation

Mobilhom(m)es. Formes d’habitats et modes d’habiter la mobilité (XVIe-XXIe siècles)

6976.png.tiffL’ouvrage présente les résultats d’un questionnement collectif sur les formes d’habitat et modes d’habiter en contexte de circulation, voyage ou migration, en explorant les trajectoires habitantes, les pratiques quotidiennes, les techniques constructives et les modalités adaptatives de la mobilité résidentielle. Saisies dans une approche pluridisciplinaire et diachronique, les inscriptions sociales, spatiales et temporelles de l’habitat temporaire sont documentées dans des espaces situés, entre campagnes, villes, régions et pays. Les contributions dépeignent la furtivité des habitants, la fugacité des formes d’occupations, la frugalité des besoins et ressources, la fonctionnalité des lieux appropriés, le foisonnement des représentations et la force des réseaux mobilisés. En contrechamp, les formes plurielles de déplacements et la diversité des circulations révèlent aussi un système complexe d’ancrage et d’attachement aux lieux appropriés, de reliance entre ceux qui les ont façonnés, qui les abritent ou auxquels ils aspirent par la mobilité.

Les auteurs

Eleonora CANEPARI est chercheur en histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille. Béatrice MESINI est chercheur au CNRS en géographie, Stéphane MOURLANE est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille.

 

Borders, Mobilities and Migrations Perspectives from the Mediterranean, 19-21st Century

574123_CoverAnteby-Yemini, Lisa / Baby-Collin, Virginie / Mazzella, Sylvie / Mourlane, Stéphane /Parizot, Cédric / Regnard, Céline / Sintès, Pierre (eds.), Borders, Mobilities and Migrations Perspectives from the Mediterranean, 19-21st Century, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2014. 310 pp.

This book explores changes in the social, economic and political processes underpinning the mechanisms for the management of human mobility and cohabitation in the Mediterranean region, while suggesting comparisons with the situation in the Americas. It considers the public policies that introduce such mechanisms at state, region or city level, and also explores the way that populations adapt to, breach or find ways of working around these systems. The volume also attempts to evaluate the extent to which the reactions of the populations concerned can influence such systems. Relying on a historical perspective and covering a broad period of time from the nineteenth to the twenty-first century, this book questions the increasing influence of processes born out of globalization upon present readjustments of mobility and territorial configuration.

contents 

Commander en ligne : www.peterlang.com

Empreintes italiennes. Marseille et sa région.

Résultat d’une collaboration avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, ce livre de Stéphane Mourlane et Céline Regnard évoque l’histoire de l’immigration italienne dans la région marseillaise.empreintes

Le cosmopolitisme marseillais évoque aujourd’hui une population bigarrée évoluant autour du port colonial, mais aussi l’histoire récente de la région, où les migrants sont largement issus d’Afrique du Nord. C’est oublier que, pendant longtemps, ce sont nos voisins transalpins qui ont occupé le devant du tableau jusqu’à représenter près du quart de la population marseillaise au début du XXe siècle.
Marseille et sa région, sont, avant tout, des terres où les Italiens ont laissé leurs empreintes. C’est leur histoire des années 1840 aux années 1940 que ce livre vous fera découvrir. En laissant une large place aux sources et témoignages,  Stéphane Mourlane et Céline Regnard tentent d’en écrire d’autres facettes, en réinterrogeant le processus d’intégration.

Pour commander cet ouvrage : éditions Lieux Dits

Les batailles de Marseille. Immigration, violences et conflits XIXe-XXe siècles


Marseille, ville d’immigration, est-elle une ville de batailles ?

Stéphane Mourlane et Céline Regnard présentent un ouvrage collectif publié aux Presses universitaires de Provence (2013).

Plusieurs membres du groupe « Migrations, circulations et territoires en Méditerranée » de l’UMR Telemme figurent au sommaire.

Ce livre a pour ambition de déconstruire les idées reçues sur les rapports qu’entretiennent les phénomènes migratoires et les affrontements conflictuels, porteurs de violence. Cette vision de la ville comme un terrain d’affrontement aborde la question de la migration comme facteur de violence en explorant la notion de xénophobie, et en quoi elle a été le théâtre de conflits venus d’ailleurs. Se départir d’une lecture stéréotypée de l’histoire marseillaise, c’est peut être ne pas y voir le récit d’une cohabitation sans heurts, ni celui d’une xénophobie sans cesse renouvelée. Ce faisant, ce livre se veut un examen lucide du cosmopolitisme marseillais du XIXe au XXe siècle.

SOMMAIRE : 

Introduction (Stéphane Mourlane/Céline Regnard)

La figure de l’ennemi

Aurélia Dusserre (Aix-Marseille Université) : L’image des étrangers à Marseille dans L’Invasion de Louis Bertrand (1907)

Laurence Montel (Université de Caen) : « Mi sang français et italien ». La perception du nervi et du métissage marseillais par un préfet en 1894

 Stéphane Kronenberger (Université de Nice) : Mutation de la présence germanique et présence de la xénophobie 1906-1920

Yvan Gastaut (Université de Nice) : Marseille, 1973. Une ville sous tension, sur fond de chasse à l’ « Arabe »

Julien Gaertner (Université de Nice) : Héros et antihéros marseillais sur grand écran : l’ambivalence des représentations de la violence immigrée (1995-2010)

Batailles d’ici, conflits d’ailleurs

 Simon Sarlin (Université de Grenoble) : Marseille, ville blanche : les enjeux politiques et policiers de la mobilisation contre l’unité italienne entre 1860 et 1864

Stéphane Mourlane (Aix-Marseille Université) : De la violence entre fascistes et antifascistes italiens à Marseille

Robert Mencherini (Aix-Marseille Université) : Violences et conflits dans les camps pour travailleurs indochinois à Marseille dans les années 1940 

Laurent Bocquillon (Aix-Marseille Université) : Football et violence : le cosmopolitisme marseillais a l’épreuve de la coupe du monde 1998

D’autres lignes de fronts

Jean-Claude Farcy (CNRS) : Les migrations, facteur de délinquance ? Représentations et approches historiques

Xavier Daumalin (Aix-Marseille Université) : De l’usage mémoriel du massacre d’Aigues-Mortes par les ouvriers italiens

Laurent Dornel (Université de Pau) : Les paradoxes de la xénophobie ouvrière : immigration et violence (1880-1914)

Céline Regnard (Aix-Marseille Université) : Une société xénophobe ? Marseille à la fin du XIXe siècle

Sylvain Pattieu (EHESS) : Batailles pour le trottoir. Migrants et proxénètes dans les années 1920

 Postface

Laurent Mucchielli (LAMES) : Déconstruire la représentation sociale du lien « naturel »entre immigration et délinquance

 

Pour commander l’ouvrage : 

Presses Universitaires de Provence

Aix-Marseille Université

29, avenue Robert-Schuman – 13 621 Aix-en-Provence CEDEX 1 Tél. 04 13 55 31 93 – Fax 04 13 55 31 80 – valerie.julia@univ-amu.fr