Appel à communication pour un colloque international : « migrations internationales et temporalités en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle »

Le programme transversal MIMED (Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe-XXIe siècle) de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence organise du 10 au 12 avril 2013 un colloque international et interdisciplinaire sur la question des temporalités dans les processus migratoires en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle. Ce colloque est organisé en relation avec le projet de l’UMR Telemme soutenu par « Marseille Provence 2013 » : l’empreinte des ressources ou le patrimoine oublié : Marseille/Provence, rivage des produits et des ouvriers du monde.

Continuer la lecture de Appel à communication pour un colloque international : « migrations internationales et temporalités en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle »

Telemme-Migrations

L’étude des dynamiques migratoires d’un point de vue diachronique comme synchronique du XIXe au XXIe siècle, en accordant une attention particulière au devenir des « acteurs migrants », aux modes de « vivre-ensemble » dans les espaces de la migration ainsi qu’aux rapports sociaux et culturels induits par la gestion quotidienne de l’altérité.

Une démarche contextualisée et comparative

À l’heure de la mondialisation, les circulations et les mobilités paraissent plus intenses. La grande diversité constatée aujourd’hui des origines comme des statuts semble largement déterminée par la flexibilisation des économies imposée par les processus de la mondialisation économique. Le passage de sociétés industrielles à des sociétés de l’information et de la connaissance, ou de sociétés coloniales à des sociétés postcoloniales, ont impliqué un éclatement des logiques de la migration manifeste dans la plus grande diversité des profils et des trajectoires des migrants internationaux. Cela a aussi conduit à une plus grande variété dans les espaces d’implantation ou les secteurs d’activité dans les pays de destination. A contrario, les modes de gestion spécifiques en termes de politiques migratoires que suscitent les frontières nationales ou régionales tendent à s’uniformiser tout en devenant sans cesse plus sophistiqués.

Pour étudier ce double mouvement, la confrontation des espaces et des temporalités permettra de mettre l’accent sur l’étude des contextes historiques et sociopolitiques de réalisation de ces mouvements migratoires. Nous porterons notre attention sur les espaces migratoires de l’Europe méridionale. Parmi eux, le Sud-est de la France constituera un observatoire privilégié permettant le travail de l’ensemble des membres de l’équipe, tout en conservant des points de comparaison forts constitués par les domaines (nouvelles formes de l’immigration en Méditerranée, migration de travailleurs qualifiés, espaces d’agriculture intensive, zones touristiques, frontières vives et régions métropolitaines) ou les aires d’étude de chacun (en particulier les pays d’immigration récente de l’Europe méridionale comme l’Espagne, l’Italie et la Grèce). Les zones de départ des migrants seront elles aussi abordées afin de conduire à un examen complet des territoires de la migration et rendre compte de manière plus exhaustive des logiques migratoires (par exemple, la Kabylie et les régions berbères du Maghreb en relation avec l’espace migratoire franco-algérien).

Les études de ces différents espaces seront ainsi mises en relation, croisées ou confrontées afin d’envisager des perspectives comparatives.

Des postes d’observation privilégiés

La réflexion qui privilégiera les dimensions sociales et culturelles mettra en son centre les acteurs de la migration en vue de les saisir dans leurs espaces de vie quotidienne, dans leurs modes de gestion de l’altérité. Afin de rendre possible cette démarche et de pouvoir développer une réflexion collective, il conviendra de cibler des « postes d’observation » particuliers, qui seront signalés comme des territoires de transversalité géographique et historique, permettant à la fois de saisir les contextes et d’engager des comparaisons à partir d’objets de taille et de nature analogues. Il s’agit en particulier :
– Des mondes du travail, des espaces des entreprises : participation d’un large spectre de catégories socioprofessionnelles aux dynamiques migratoires : ouvriers agricoles, ouvriers, employés, mais aussi étudiants, main-d’œuvre qualifiée et mobilité entrepreneuriale seront pris en considération, tout comme les conflits, les modes d’organisation professionnelle, les types de contrats dans les secteurs publics et privés.
– Des lieux et forme de l’échange dans l’espace public : lieux de constructions de diasporas, de dynamiques communautaires ou mélangés / multiculturels, modes de relations interculturels, rapports sociétés d’accueil / migrants, espaces de rencontres, de sociabilités, mais aussi de mobilisations, de conflits, de discriminations, de xénophobie ou de violence, envisagés dans leur fonctionnement, leurs interactions avec une attention portée aux situations.
– Des espaces résidentiels, du logement et de l’habitat : des bidonvilles aux cités de transit et HLM, en passant par les zones d’accueil des centres villes, et les dynamiques de ségrégation spatiale, en ville, mais aussi dans les espaces ruraux ou touristiques.
– Des espaces marginaux ou liminaux comprenant les frontières politiques et les périphéries des Etats, lieux de passage, de tensions, de cristallisation de conflits et d’enjeux (comme sur les frontières « vives » des marges de l’Europe méditerranéenne) mais aussi les espaces de la marginalité sociales à l’intérieur des territoires des Etats.

Axes problématiques

La somme de nos travaux s’inscrira ainsi sous l’angle des rapports sociaux, des dynamiques culturelles et identitaires, à partir de l’examen de la confrontation à l’altérité que produit la situation de migration. Ces éléments seront déclinés selon des thématiques principales :
– Comment les parcours et les trajectoires migratoires, envisagés dans leurs mouvements, leurs circulations, le va-et-vient entre les espaces de départ, de transit, d’installation voire de retour, permettent de construire le « transnational », et questionnent les relations entre identités et territoires ?
– Comment les processus de constructions mémorielles, interrogent les relations entre processus d’identification et modes de territorialisation ?
– Comment les pratiques culturelles, envisagées sous l’angle des loisirs, du sport, des fêtes, des pratiques religieuses, des investissements associatifs, des supports d’expression médiatiques (presse notamment, média plus généralement), des sociabilités quotidiennes ou plus ponctuelles, permettent-elles de repenser les échanges, les transferts culturels, les processus d’intégration, les situations cosmopolites ou ségréguées, et d’envisager le rapport à l’altérité dans les espaces de migrations ?
– Comment les rapports sociaux, envisagés sous l’angle des rapports de domination économique ou politique, des modes de contrôle social ou policier, des constructions de solidarités ou des revendications politiques (dans un cadre professionnel, syndical, associatif, ou militant), posent-ils la question de la gestion de l’altérité, des modes de vivre ensemble, dans des cadres conflictuels, négociés, ou dans des processus d’affirmations identitaires différenciés ?
– Saillance et centralité du concept de « développement » : nous analyserons le fait migratoire tant dans ses dimensions transnationales, que dans ses effets au sein des sociétés locales, produisant en retour des nouvelles migrations dans les pays de départ mais aussi d’accueil (entre campagnes et villes, entre bassins d’emploi…). A cet effet, nous questionnerons l’histoire du modèle de développement promu depuis les années 70 du Nord au Sud puis du local au mondial : comment est-on passé d’un développement local, auto-centré, endogène, participatif, à un développement économique et social compétitif dans un marché intégré, puis à un co-développement contrepartie des politiques migratoires, concomitant d’un développement durable et soutenable, prenant en compte les interdépendances entre hommes, territoires et milieux. De façon prospective et pluridisciplinaire, nous revisiterons ce concept de « développement » en prenant en compte, ses multiples composantes : sociales, économiques, spatiales, culturelles, cultuelles, écologiques sur les deux rives de la Méditerranée.

Télévisions et migrations maghrébines

Séminaire commun aux deux projets ANR ECRIN et MédiaMigraTerra

Organisé par l’URMIS (Université de Nice) et le CEMTI (Université de Paris VIII)

Vendredi 8 juin 2012 Pôle Universitaire Saint-Jean D’Angely 3, (Bâtiment de l’Horloge Salle 424/426)

9h00-9h30 Présentation du projet Ecrin et bilan du projet Médiamigraterra

Tristan Mattelart (Université de Paris VIII, CEMTI) et Yvan Gastaut (Université de Nice, URMIS)

9h30-11h00 Table ronde : Télévisions et émigrations, les cas de la Tunisie et du Maroc

Abdel Benchenna (Université de Paris XIII), Mohamed Charef (Université d’Agadir, directeur du laboratoire ORMES), Riadh Ferjani (Université de la Manouba, Tunis)

11h30-12h30 Table ronde : Télévision et immigration en France

Sophie Gebeil (Aix-Marseille Université, Telemme) : « L’immigré » dans les archives Web de l’INA

Maryline Crivello (Aix-Marseille Université, directrice du laboratoire Telemme) Marseille et son immigration à partir des documentaires nationaux de 1975 à nos jours

15h00-16h30 Table ronde : Etudes de cas

Yvan Gastaut (Université de Nice, URMIS) La France qui rit de l’Arabe : réflexions sur le succès des sketches de Pierre Péchin à la télévision (1975-77)

Julien Gaertner (Université de Nice, URMIS) Quand la télévision se crispe sur l’islam : la chanson Allah de Véronique Sanson (1989)

Céline Regnard (Aix-Marseille Université, Telemme) L’affaire de Saint-Florentin au journal télévisé : images contre discours (1990)

 

16h30  Tristan Mattelard Résultat de l’étude de réception IDF par l’ANR MédiaMigraTerra

 17h00 Conclusions : Alec Hargreaves (Florida State University)