Formes et aspects de la vie des migrants en habitat précaire (Méditerranée XVIIe-XXIe siècles)

HABITAT PRECAIRE FinalLe groupe Telemmig organise  les 2 et 3 juin 2016 en partenariat avec  le laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes » de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’URMIS un colloque international sur le thème Formes et aspects de la vie des migrants en habitat précaire (Méditerranée XVIIe-XXIe siècles). 

Ce colloque s’inscrit dans ce champ d’étude en étudiant l’habitat précaire comme corollaire de la migration, c’est-à-dire à la fois contraint, par les conditions d’accueil et les ressources, et accepté parce que souvent envisagé comme transitoire dans un parcours migratoire. Cette interrogation sur la longue durée, dans les espaces ruraux et urbains du pourtour méditerranéen, porte spécifiquement sur l’existence d’un lien entre formes de l’habitat et modes d’habiter ou expériences de vie. La précarité vécue et perçue réside potentiellement dans cette combinaison.

Le colloque fait donc le choix de porter l’attention sur les fabriques et les expériences de l’habitat précaire comme constitutives des parcours migratoires.

– Fabriques de l’habitat précaire

 La précarité de l’habitat des migrants se présente sous diverses formes. La distinction principale s’opère entre, d’un côté, les espaces déjà bâtis – et souvent dégradés – investis par les migrants et, de l’autre, les espaces construits ou auto-construits à partir de matériaux de récupération, à vocation transitoire mais à usage parfois pérenne. Quelles que soient ces formes, l’habitat précaire contribue à la fabrique de territoires interstitiels. Il y a donc, au delà de la variété architecturale et de la diversité des contextes, des caractéristiques propres à l’habitat précaire, qu’il importe de mettre en lumière : modes de construction, détournement fonctionnel des espaces, appropriation de terrains appartenant au domaine de l’Etat, rapports incertains aux normes et règles (insalubrité vs indécence), promiscuité, contiguïté et coexistence forcée avec le voisinage, processus de marginalisation, etc.

L’habitat précaire peut être examiné à la fois sous l’angle des modes d’agrégation résidentielle et de leur étendue, mais aussi en articulation avec les sociétés et espaces environnants. Ainsi, la variation des échelles d’analyse permet d’examiner les différentes relations entre l’habitat précaire et les territoires qu’il investit (relations économiques, fonctionnelles, sociales, culturelles).

 – Expériences de l’habitat précaire

Dans sa diversité, l’habitat précaire des migrants (enclos, bidonvilles, camps de transit, garnis, foyers…) suscite des modes d’organisation sociale qu’il convient d’examiner. L’existence de rapports de solidarités familiales, communautaires et amicales dans des lieux où le déracinement culturel et la marginalité socio-spatiale sont la règle . Ces solidarités se trouvent redéfinies dans l’épreuve que constitue la pauvreté, l’insalubrité et dans certains cas l’insécurité et le racisme. Cet espace marginal et/ou marginalisé, résultant de la désagrégation du tissus social, fonctionne comme un lieu où se réajustent les normes sociales et légales et où se structure une organisation politique et/ou syndicale. Les modes de vie, dans leur trivialité (alimentation) et leur intimité (sexualité) en sont affectées dans des dimensions qui méritent de continuer à être explorées, à la suite de divers travaux conduits à Nice et à Tunis dans les années 70.

LE PROGRAMME :

2 JUIN

Matin : Fabriques de l’habitat précaire

Eleonora CANEPARI (AMU A*Midex Telemme) : Migrants et habitat précaire dans une ville d’Ancien Régime (Rome, XVIIe-XVIIIe siècles)

Beya ABIDI (Université de la Manouba), L’« oukalisation«  des palais beylicaux aux XIXe-XXe siècles: vers une nouvelle forme d’habitat insalubre.

Khedija DERBEL, (Université de Tunis), L' »oukalisation » de l’école primaire rue du Tribunal : Une question d’appropriation de l’espace.

Sami KAMOUN (Université de Tunis), Autocostructions médinales tunisoises actuelles et déconstructivisme architectural: ressemblances esthétiques.

Après-Midi : Les bidonvilles

Stéphane KRONENBERGER (URMIS) : Habiter et vivre à l’écart en pays industriel : le cas des Nord-Africains de Franche-Comté (1945-1975)

 Stéphane MOURLANE (AMU-CNRS Telemme) : Les conditions sanitaires dans « l’enclos Peysonnel » de Marseille : ambivalence des regards (1950-1960).

Riadh BEN KHALIFA (Université de Tunis) et Nadhem YOUSFI (Université de Nice) : La vie quotidienne des Maghrébins dans le bidonville de la Digue des Français de Nice (années 1970) : appropriation d’un espace périphérique et expériences de vie

Swanie POTOT, (CNRS, URMIS) Bidonvilles « Roms » sur la Côte d’Azur : ethnicisation de la marginalité et insertion sociale segmentée

Elisabetta ROSA (Post-doctorante AMU, UMR 7303 Telemme, LabexMed) : Petite histoire d’une porte et d’une famille rom à Marseille


3 JUIN

Matin : Logements de transit et de retour

Céline REGNARD (AMU-CNRS Telemme IUF) : Du pont du bateau à l’hôtel pour émigrants, le logement précaire des « Syriens » de passage à Marseille (1887-1913)

 Olfa BEN ACHOUR (Université de Tunis), Territoires de transit et d’accueil (Algérie, France, Israël) : regards croisés sur les conditions de vie précaires des migrants juifs de Tunisie (1947-1956)

 Francesca CAPECE (AMU-CNRS Telemme) : La précarité du retour. Le logement des rapatriés à Rome (1939-1940)

 Anis BEN ALI (Université de Tunis), Le problème du logement des rapatriés français d’Afrique du Nord dans les Alpes-Maritimes (années 1950-1960).

Après-Midi Ruralité et précarité

Marouane LAJILI (Université de la Manouba) : Migrants ruraux et habitat précaire aux environs de Tunis (1930-1950) : atteintes aux droits de propriété et problèmes d’intégration : l’exemple du Séjoumi et d’El Kabbaria

Béatrice MESINI (CNRS-Telemme MMSH-AMU) : Habiter la saisonnalité agricole dans les champs de Provence, entre précarité de jure et vulnérabilité de facto

 

Mobilhom(m)es. Formes d’habitats et modes d’habiter la mobilité (XVIe-XXIe siècles)

6976.png.tiffL’ouvrage présente les résultats d’un questionnement collectif sur les formes d’habitat et modes d’habiter en contexte de circulation, voyage ou migration, en explorant les trajectoires habitantes, les pratiques quotidiennes, les techniques constructives et les modalités adaptatives de la mobilité résidentielle. Saisies dans une approche pluridisciplinaire et diachronique, les inscriptions sociales, spatiales et temporelles de l’habitat temporaire sont documentées dans des espaces situés, entre campagnes, villes, régions et pays. Les contributions dépeignent la furtivité des habitants, la fugacité des formes d’occupations, la frugalité des besoins et ressources, la fonctionnalité des lieux appropriés, le foisonnement des représentations et la force des réseaux mobilisés. En contrechamp, les formes plurielles de déplacements et la diversité des circulations révèlent aussi un système complexe d’ancrage et d’attachement aux lieux appropriés, de reliance entre ceux qui les ont façonnés, qui les abritent ou auxquels ils aspirent par la mobilité.

Les auteurs

Eleonora CANEPARI est chercheur en histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille. Béatrice MESINI est chercheur au CNRS en géographie, Stéphane MOURLANE est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille.

 

Quand les journalismes s’invitent dans l’enquête. Étudier les migrations dans les Balkans aujourd’hui.

25191246Le lundi 23 mai 2016 à 10h en salle 101 de la MMSH , nouveau séminaire  sur l’approche méthodologique. Lucie Bacon (Migrinter TELEMMe) ,Morgane Dujmovic (AMU-Telemme) et Laurence Pillant (AMU-Telemme) proposeront leurs réflexions autour du thème « Quand les journalismes s’invitent dans l’enquête. Étudier les migrations dans les Balkans aujourd’hui »

Les thématiques migratoires connaissent une médiatisation accrue en Europe, en particulier avec ce qui est communément appelé la “crise des migrants” au cours de l’été 2015. La route dite “des Balkans”, devenue l’une des principales voies d’accès des migrants à l’Union européenne, est placée au coeur de l’attention médiatique, comme le sont régulièrement le détroit de Gibraltar, Ceuta et Melilla, ou encore Lampedusa. Ces lieux emblématiques du contrôle migratoire connaissent périodiquement la venue de nombreux journalistes.
En tant que chercheuses, comment cette situation de coprésence sur le terrain questionne-t-elle notre rapport à ces acteurs ? Jusqu’où collaborer avant, pendant et après le terrain ? Plus généralement dans l’enquête, comment se positionner face aux sources d’information et aux méthodes journalistiques ?

A partir de trois terrains d’enquête menés dans les Balkans (Croatie, Grèce, Serbie-Macédoine) à des périodes différentes, nous nous interrogeons sur les impacts de cette médiatisation sur nos objets d’études comme sur nos méthodes d’enquête. À différents stades de nos recherches, cette médiatisation nous amène à repenser nos modes de production et de restitution des données, et plus généralement notre positionnement de chercheuses.