ANR ECRIN

L’équipe migrations de l’UMR Telemme est associée au programme ECRIN financé par l’Agence national de la Recherche (ANR).

ECRIN propose d’explorer, dans une perspective historique et pluridisciplinaire, les inégalités à l’égard des « Arabes » dans les médias français depuis la fin de la guerre d’Algérie. Le projet constate d’une part le retard de la recherche française sur le sujet des inégalités dans les représentations télévisuelles et cinématographiques. D’autre part, il prend acte de la récurrence de ce thème depuis une dizaine d’années aussi bien dans le débat public que dans le champ du politique.

ECRIN se donne pour objectif de déterminer l’évolution de ces inégalités relatives à un stigmate emblématique depuis cinq décennies marquées à la fois par l’omniprésence de la « question de l’immigration », et par la montée en puissance de la « culture d’écran ». Le projet envisage par conséquent d’interroger la capacité du corps social à prendre acte, à travers sa production médiatique, de la présence d’une altérité longtemps pensée comme marginale sinon antagoniste à l’imaginaire national. A partir des acquis théoriques produits par les membres du partenariat et au regard d’une crispation prolongée au sujet de la représentation des migrants et spécifiquement de l’« Arabe » sur les écrans, il apparaît nécessaire d’étudier la construction de ce déficit d’égalité ressenti et exprimé par des revendications citoyennes. ECRIN souhaite ainsi démontrer une tendance à la naturalisation des discriminations à l’égard des « Arabes » dans différentes séquences historiques telles qu’elles apparaissent dans les médias, et apporter une mise en perspective dans le temps présent.

Le projet est et coordonné par Yvan Gastaut (Urmis). La coordination est soumise à un mécanisme de prise de décision collégial à travers un comité de pilotage composé de cinq personnes représentant chacune des instituions partenaires : Y. Gastaut (Urmis Nice), E. Mills-Affif (Urmis Paris7), M. Crivello (directrice de l’UMR Telemme), P. Tisserant (Etic) et I. Veyrat-Masson (LCP).

Trois axes thématiques permettront de croiser les angles d’analyse et les postulats à différentes échelles, de mettre en perspectives différentes expériences et enquêtes, et ainsi de répondre aux problématiques mises en évidence.

1 – Un « traitement de faveur » : inégalités et discriminations à l’écran ( E. Mills-Affif et C. Regnard)

1.1. Constitution d’une base de donnée exhaustive et analyse de la présence de « l’Arabe » à la télévision française sur l’ensemble de la période (J. Gaertner/M. Nayrac, Urmis)

1.2. Violence et délinquance : analyse du fait divers au prisme des informations télévisées et des grands reportages (C. Regnard, Telemme)

2 – Percevoir et ressentir les inégalités médiatiques ( P. Tisserant et G. Frigoli)

2.1. Enquête de terrain : la construction sociale de l’« arabité » par l’image chez les jeunes générations (A. Bergamaschi, Urmis)

2.2. Expériences sociocognitives (D. Bourguignon, J. Dinet, V. Fointiat et P. Tisserant, ETIC – Interpsy)

2.3. Une approche « intersectionnelle » : genre et religion dans les émissions à destination du public féminin (M. Manier, Urmis)

3 – Repenser les inégalités à l’écran : le renversement des stéréotypes ? ( I. Veyrat-Masson et M. Crivello)

3.1. Héros sportifs, de Mimoun à Zidane : les « Arabes » en « bleu blanc rouge » (S. Mourlane, Telemme)

3.2. Humour sur les « Arabes » versus humour « arabe » (I. Veyrat-Masson, LCP)

3.3. Nouvelles images, nouvelles générations : vidéoclips, dessins animés, documentaires, fictions cinématographiques, téléréalité (G. Frigoli)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle