Archives par mot-clé : immigration

Lieux de passage et appartenances religieuses

Le séminaire Telemmig du 20 mars 2017 (10h-12h30) à l’IMERA (2 place Le Verrier 13004 Marseille)  porte sur Lieux de passage et appartenances religieuses

Procession à la mission catholique italienne de Paris, 1962 (CIEMI)

Les migrations seront analysées à travers les dynamiques d’appartenances cultuelles, en considérant les ressorts individuels et collectifs de l’engagement, les ancrages dans les espaces traversés, investis ou impartis, ainsi que les socialisations et sociabilités générées. Si l’appartenance religieuse a pu motiver le départ, elle peut aussi être réactivée dans l’expérience migratoire, voire mise à l’épreuve des pratiques quotidennes dans les sociétés de transit et d’accueil.  Ce séminaire entend croiser les époques et les contextes, en portant l’attention sur la formalisation de l’expérience, l’inscription dans les lieux et les formes de passage que peuvent impliquer les appartenances religieuses mobilisées.

Stéphane Mourlane (AMU-CNRS-UMR 7303 TELEMMe) : Introduction

Jérémie Foa (AMU-CNRS-UMR 7303 TELEMMe) : Passages obligés – les lieux de fuite pendant les massacres du temps des guerres de Religion

Myriam Laakili (AMU-CBRS-UMR 7305 Lames) : Lieux de pratiques cultuelles et modes de socialisation des convertis à Marseille, quelles dynamiques d’appartenances

Discutant : Thomas Glesener (AMU-CNRS-UMR 7303 TELEMMe)

L’intenable position de la Grèce sur les migrants

LE MONDE |  03.09.2015

Par  Pierre Sintès (Géographe)

Depuis plusieurs mois, l’Europe fait face à un afflux de population sans précédent qui s’accompagne d’un lot de souffrances et provoque un nombre accru de victimes aux portes de l’Union européenne (UE). Au cœur de cette odyssée, la frontière gréco-turque constitue l’obstacle le plus mortifère. Outre la dangerosité du voyage, les sommes à payer aux passeurs et les mauvais traitements subis en chemin, les conditions d’accueil, sont une nouvelle épreuve lorsque ces migrants arrivent sur le sol grec où les autorités avouent être débordées. Continuer la lecture de L’intenable position de la Grèce sur les migrants

Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions

Verriers italiens LyonDans le cadre du séminaire du groupe Telemmig, animé  le lundi 1er juin  (9h30-salle Temime, MMSH) par Xavier Daumalin,  Stéphane Kronenberger, post-doctorant en histoire contemporaine (A*Midex à Aix Marseille Université Projet SynTerCaIM),  présentera une communication sur

Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions  Continuer la lecture de Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions

L’image des « Arabes » dans les médias français à l’épreuve des crises internationales depuis les années 1970

KhomeinyJeudi 26 mars 2015Sciences Po, 11 place Saint-Julien, Menton salle 309-310.

Rencontre de l’ANR ECRIN organisée par l’UMR Telemme en partenariat avec Sciences Po Paris, campus Moyen Orient-Méditerranée

Les crises internationales recèlent certes des dimensions géopolitiques et diplomatiques, mais pas seulement. Elles impliquent fortement les opinions publiques qui en suivent les soubresauts au travers des comptes rendus médiatiques. Elles suscitent d’autant plus d’émotions et d’inquiétudes qu’elles sont observées à l’aune d’enjeux nationaux et qu’elles rejaillissent sur les rapports sociaux intérieurs. En France, les crises qui touchent depuis les années 1970 le monde arabo-musulman, quelle que soit leur forme, entrent en résonnance avec la mémoire coloniale et la question souvent associée de l’immigration. Ces crises internationales participent donc, dans des conditions qu’il convient d’examiner, de l’élaboration dans les médias et dans l’opinion publique de la figure discriminée de « l’Arabe ».

9h30-10h

Bernard El Ghoul, directeur du campus Moyen Orient-Méditerranée de Sciences Po

Maryline Crivello, directrice de l’UMR Telemme-Université d’Aix-Marseille

Ouverture de la journée

Stéphane Mourlane (Telemme-Université d’Aix-Marseille)

Introduction

10h-12h30 : Échos palestiniens

Modération: Bernard El Ghoul (Sciences Po Paris)

  • Thomas Maineult (CHSP-Sciences Po Paris) : L’émergence de la cause palestinienne à la télévision française dans les années 1970
  • Alec Hargreaves (Université de Floride) : La seconde Intifada et les populations « arabes » de France

14h-17h : Effets collatéraux des crises internationales

 Modération : Maryline Crivello (Telemme-Université d’Aix-Marseille)

  • Edouard Mills-Affif (Université Paris Diderot) : L’impact du choc pétrolier de 1973 sur les représentations télévisuelles des « Arabes »
  • Julien Gaertner (URMIS-Université de Nice): De l’Ayatollah Khomeini à Véronique Sanson : dix années de crispation sur l’Islam 1979-1989
  • Yvan Gastaut (URMIS-Université de Nice) : Un figure médiatique d’une menace de l’intérieur ? La Guerre du golfe et reportages télévisés les « Arabes » de France (1990-91)
  • Catherine Wihtol de Wenden (CERI-Sciences Po Paris) : Les effets de la crise du 11 septembre sur les immigrés maghrébins en France à travers les médias et notamment la télévision

Séminaire Mobil Hom(m)es

mobil5 novembre 2013, Salle Paul Albert Février, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

 

 

 

 

9h30-12h

Emmanuel BIOTEAU et Jérôme PRUGNEAU (Université du Maine et Loire) « Portrait analytique de l’habitat léger en Maine et Loire »

Gaspard LION (EHESS Paris) r« Habiter l’inhabitable : tentes et cabanes du bois de Vincennes »

13h30-76h30

Julie Chapon (INED) et Christophe Imbert (Université de Poitiers) «< Des mobilités géographiques à l’habitat mobile : problèmes de catégorisation et de méthode»

Gaella LOISEAU (Université de Montpellier 3) « Des Aires »r, extrait d’un web documentaire por:ant sur l’habitat / habiter des voyageurs

Béatrice Mésini, Gaella Loiseau, Gaspard Lion, Agnès Jeanjean, Laurence Nicolas, Julie Chapon « Restitution croisée du colloque Actualité de I’habitat temporaire »,

Empreintes italiennes. Marseille et sa région.

Résultat d’une collaboration avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, ce livre de Stéphane Mourlane et Céline Regnard évoque l’histoire de l’immigration italienne dans la région marseillaise.empreintes

Le cosmopolitisme marseillais évoque aujourd’hui une population bigarrée évoluant autour du port colonial, mais aussi l’histoire récente de la région, où les migrants sont largement issus d’Afrique du Nord. C’est oublier que, pendant longtemps, ce sont nos voisins transalpins qui ont occupé le devant du tableau jusqu’à représenter près du quart de la population marseillaise au début du XXe siècle.
Marseille et sa région, sont, avant tout, des terres où les Italiens ont laissé leurs empreintes. C’est leur histoire des années 1840 aux années 1940 que ce livre vous fera découvrir. En laissant une large place aux sources et témoignages,  Stéphane Mourlane et Céline Regnard tentent d’en écrire d’autres facettes, en réinterrogeant le processus d’intégration.

Pour commander cet ouvrage : éditions Lieux Dits

Telemme-Migrations

L’étude des dynamiques migratoires d’un point de vue diachronique comme synchronique du XIXe au XXIe siècle, en accordant une attention particulière au devenir des « acteurs migrants », aux modes de « vivre-ensemble » dans les espaces de la migration ainsi qu’aux rapports sociaux et culturels induits par la gestion quotidienne de l’altérité.

Une démarche contextualisée et comparative

À l’heure de la mondialisation, les circulations et les mobilités paraissent plus intenses. La grande diversité constatée aujourd’hui des origines comme des statuts semble largement déterminée par la flexibilisation des économies imposée par les processus de la mondialisation économique. Le passage de sociétés industrielles à des sociétés de l’information et de la connaissance, ou de sociétés coloniales à des sociétés postcoloniales, ont impliqué un éclatement des logiques de la migration manifeste dans la plus grande diversité des profils et des trajectoires des migrants internationaux. Cela a aussi conduit à une plus grande variété dans les espaces d’implantation ou les secteurs d’activité dans les pays de destination. A contrario, les modes de gestion spécifiques en termes de politiques migratoires que suscitent les frontières nationales ou régionales tendent à s’uniformiser tout en devenant sans cesse plus sophistiqués.

Pour étudier ce double mouvement, la confrontation des espaces et des temporalités permettra de mettre l’accent sur l’étude des contextes historiques et sociopolitiques de réalisation de ces mouvements migratoires. Nous porterons notre attention sur les espaces migratoires de l’Europe méridionale. Parmi eux, le Sud-est de la France constituera un observatoire privilégié permettant le travail de l’ensemble des membres de l’équipe, tout en conservant des points de comparaison forts constitués par les domaines (nouvelles formes de l’immigration en Méditerranée, migration de travailleurs qualifiés, espaces d’agriculture intensive, zones touristiques, frontières vives et régions métropolitaines) ou les aires d’étude de chacun (en particulier les pays d’immigration récente de l’Europe méridionale comme l’Espagne, l’Italie et la Grèce). Les zones de départ des migrants seront elles aussi abordées afin de conduire à un examen complet des territoires de la migration et rendre compte de manière plus exhaustive des logiques migratoires (par exemple, la Kabylie et les régions berbères du Maghreb en relation avec l’espace migratoire franco-algérien).

Les études de ces différents espaces seront ainsi mises en relation, croisées ou confrontées afin d’envisager des perspectives comparatives.

Des postes d’observation privilégiés

La réflexion qui privilégiera les dimensions sociales et culturelles mettra en son centre les acteurs de la migration en vue de les saisir dans leurs espaces de vie quotidienne, dans leurs modes de gestion de l’altérité. Afin de rendre possible cette démarche et de pouvoir développer une réflexion collective, il conviendra de cibler des « postes d’observation » particuliers, qui seront signalés comme des territoires de transversalité géographique et historique, permettant à la fois de saisir les contextes et d’engager des comparaisons à partir d’objets de taille et de nature analogues. Il s’agit en particulier :
– Des mondes du travail, des espaces des entreprises : participation d’un large spectre de catégories socioprofessionnelles aux dynamiques migratoires : ouvriers agricoles, ouvriers, employés, mais aussi étudiants, main-d’œuvre qualifiée et mobilité entrepreneuriale seront pris en considération, tout comme les conflits, les modes d’organisation professionnelle, les types de contrats dans les secteurs publics et privés.
– Des lieux et forme de l’échange dans l’espace public : lieux de constructions de diasporas, de dynamiques communautaires ou mélangés / multiculturels, modes de relations interculturels, rapports sociétés d’accueil / migrants, espaces de rencontres, de sociabilités, mais aussi de mobilisations, de conflits, de discriminations, de xénophobie ou de violence, envisagés dans leur fonctionnement, leurs interactions avec une attention portée aux situations.
– Des espaces résidentiels, du logement et de l’habitat : des bidonvilles aux cités de transit et HLM, en passant par les zones d’accueil des centres villes, et les dynamiques de ségrégation spatiale, en ville, mais aussi dans les espaces ruraux ou touristiques.
– Des espaces marginaux ou liminaux comprenant les frontières politiques et les périphéries des Etats, lieux de passage, de tensions, de cristallisation de conflits et d’enjeux (comme sur les frontières « vives » des marges de l’Europe méditerranéenne) mais aussi les espaces de la marginalité sociales à l’intérieur des territoires des Etats.

Axes problématiques

La somme de nos travaux s’inscrira ainsi sous l’angle des rapports sociaux, des dynamiques culturelles et identitaires, à partir de l’examen de la confrontation à l’altérité que produit la situation de migration. Ces éléments seront déclinés selon des thématiques principales :
– Comment les parcours et les trajectoires migratoires, envisagés dans leurs mouvements, leurs circulations, le va-et-vient entre les espaces de départ, de transit, d’installation voire de retour, permettent de construire le « transnational », et questionnent les relations entre identités et territoires ?
– Comment les processus de constructions mémorielles, interrogent les relations entre processus d’identification et modes de territorialisation ?
– Comment les pratiques culturelles, envisagées sous l’angle des loisirs, du sport, des fêtes, des pratiques religieuses, des investissements associatifs, des supports d’expression médiatiques (presse notamment, média plus généralement), des sociabilités quotidiennes ou plus ponctuelles, permettent-elles de repenser les échanges, les transferts culturels, les processus d’intégration, les situations cosmopolites ou ségréguées, et d’envisager le rapport à l’altérité dans les espaces de migrations ?
– Comment les rapports sociaux, envisagés sous l’angle des rapports de domination économique ou politique, des modes de contrôle social ou policier, des constructions de solidarités ou des revendications politiques (dans un cadre professionnel, syndical, associatif, ou militant), posent-ils la question de la gestion de l’altérité, des modes de vivre ensemble, dans des cadres conflictuels, négociés, ou dans des processus d’affirmations identitaires différenciés ?
– Saillance et centralité du concept de « développement » : nous analyserons le fait migratoire tant dans ses dimensions transnationales, que dans ses effets au sein des sociétés locales, produisant en retour des nouvelles migrations dans les pays de départ mais aussi d’accueil (entre campagnes et villes, entre bassins d’emploi…). A cet effet, nous questionnerons l’histoire du modèle de développement promu depuis les années 70 du Nord au Sud puis du local au mondial : comment est-on passé d’un développement local, auto-centré, endogène, participatif, à un développement économique et social compétitif dans un marché intégré, puis à un co-développement contrepartie des politiques migratoires, concomitant d’un développement durable et soutenable, prenant en compte les interdépendances entre hommes, territoires et milieux. De façon prospective et pluridisciplinaire, nous revisiterons ce concept de « développement » en prenant en compte, ses multiples composantes : sociales, économiques, spatiales, culturelles, cultuelles, écologiques sur les deux rives de la Méditerranée.

Télévisions et migrations maghrébines

Séminaire commun aux deux projets ANR ECRIN et MédiaMigraTerra

Organisé par l’URMIS (Université de Nice) et le CEMTI (Université de Paris VIII)

Vendredi 8 juin 2012 Pôle Universitaire Saint-Jean D’Angely 3, (Bâtiment de l’Horloge Salle 424/426)

9h00-9h30 Présentation du projet Ecrin et bilan du projet Médiamigraterra

Tristan Mattelart (Université de Paris VIII, CEMTI) et Yvan Gastaut (Université de Nice, URMIS)

9h30-11h00 Table ronde : Télévisions et émigrations, les cas de la Tunisie et du Maroc

Abdel Benchenna (Université de Paris XIII), Mohamed Charef (Université d’Agadir, directeur du laboratoire ORMES), Riadh Ferjani (Université de la Manouba, Tunis)

11h30-12h30 Table ronde : Télévision et immigration en France

Sophie Gebeil (Aix-Marseille Université, Telemme) : « L’immigré » dans les archives Web de l’INA

Maryline Crivello (Aix-Marseille Université, directrice du laboratoire Telemme) Marseille et son immigration à partir des documentaires nationaux de 1975 à nos jours

15h00-16h30 Table ronde : Etudes de cas

Yvan Gastaut (Université de Nice, URMIS) La France qui rit de l’Arabe : réflexions sur le succès des sketches de Pierre Péchin à la télévision (1975-77)

Julien Gaertner (Université de Nice, URMIS) Quand la télévision se crispe sur l’islam : la chanson Allah de Véronique Sanson (1989)

Céline Regnard (Aix-Marseille Université, Telemme) L’affaire de Saint-Florentin au journal télévisé : images contre discours (1990)

 

16h30  Tristan Mattelard Résultat de l’étude de réception IDF par l’ANR MédiaMigraTerra

 17h00 Conclusions : Alec Hargreaves (Florida State University)

L’immigration à Marseille en images : questions à Jacques Windenberger

10 février 2012  

Matinée :  9 h – 12 h 30 : Question de regards, photographe et historiens

9 h : Présentation de la journée Stéphane Mourlane (Telemme, École Française de Rome), Céline Regnard (Telemme)

9 h 15 : Ilsen About (IDEMEC-MMSH)

 Photographier l’immigration ou la révélation d’un fait social, des années 1930 aux années 1980,

9 h 45 : Jean-Marie Guillon (Telemme)

Présentation de l’œuvre de Jacques Windenberger

10 h 30 : Jacques Windenberger

Présentation de photographies : le bidonville de la Lorette à Marseille

11 h : Table-ronde animée par Stéphane Mourlane et Céline Regnard

Avec : Jacques Windenberger, Pierre Ciot (photographe), Samia Chabani (Ancrages), Jacqueline Ursch (Directrice des Archives départementales des Bouches-du-Rhône)

Après-midi : 14 h – 16 h : D’autres regards photographiques sur l’immigration

Présidence : Xavier Daumalin (Telemme)

Anne-Marie Granet-Abisset (LARHRA, Université Pierre-Mendès-France Grenoble)

Photographes et vidéastes : l’immigration mise en scène au musée

Laurence Américi (Telemme)

Le fonds du studio photographique Keussayan : portraits de Marseille cosmopolite

Céline Regnard (Telemme)

Regards de l’Autre, regards sur l’Autre. Photographies d’ouvriers chinois pendant la Première Guerre mondiale