Archives par mot-clé : livre ; violences ; conflits ; Marseille ; xénophobie ; racisme ; guerre

L’image des « Arabes » dans les médias français à l’épreuve des crises internationales depuis les années 1970

KhomeinyJeudi 26 mars 2015Sciences Po, 11 place Saint-Julien, Menton salle 309-310.

Rencontre de l’ANR ECRIN organisée par l’UMR Telemme en partenariat avec Sciences Po Paris, campus Moyen Orient-Méditerranée

Les crises internationales recèlent certes des dimensions géopolitiques et diplomatiques, mais pas seulement. Elles impliquent fortement les opinions publiques qui en suivent les soubresauts au travers des comptes rendus médiatiques. Elles suscitent d’autant plus d’émotions et d’inquiétudes qu’elles sont observées à l’aune d’enjeux nationaux et qu’elles rejaillissent sur les rapports sociaux intérieurs. En France, les crises qui touchent depuis les années 1970 le monde arabo-musulman, quelle que soit leur forme, entrent en résonnance avec la mémoire coloniale et la question souvent associée de l’immigration. Ces crises internationales participent donc, dans des conditions qu’il convient d’examiner, de l’élaboration dans les médias et dans l’opinion publique de la figure discriminée de « l’Arabe ».

9h30-10h

Bernard El Ghoul, directeur du campus Moyen Orient-Méditerranée de Sciences Po

Maryline Crivello, directrice de l’UMR Telemme-Université d’Aix-Marseille

Ouverture de la journée

Stéphane Mourlane (Telemme-Université d’Aix-Marseille)

Introduction

10h-12h30 : Échos palestiniens

Modération: Bernard El Ghoul (Sciences Po Paris)

  • Thomas Maineult (CHSP-Sciences Po Paris) : L’émergence de la cause palestinienne à la télévision française dans les années 1970
  • Alec Hargreaves (Université de Floride) : La seconde Intifada et les populations « arabes » de France

14h-17h : Effets collatéraux des crises internationales

 Modération : Maryline Crivello (Telemme-Université d’Aix-Marseille)

  • Edouard Mills-Affif (Université Paris Diderot) : L’impact du choc pétrolier de 1973 sur les représentations télévisuelles des « Arabes »
  • Julien Gaertner (URMIS-Université de Nice): De l’Ayatollah Khomeini à Véronique Sanson : dix années de crispation sur l’Islam 1979-1989
  • Yvan Gastaut (URMIS-Université de Nice) : Un figure médiatique d’une menace de l’intérieur ? La Guerre du golfe et reportages télévisés les « Arabes » de France (1990-91)
  • Catherine Wihtol de Wenden (CERI-Sciences Po Paris) : Les effets de la crise du 11 septembre sur les immigrés maghrébins en France à travers les médias et notamment la télévision

Les batailles de Marseille. Immigration, violences et conflits XIXe-XXe siècles


Marseille, ville d’immigration, est-elle une ville de batailles ?

Stéphane Mourlane et Céline Regnard présentent un ouvrage collectif publié aux Presses universitaires de Provence (2013).

Plusieurs membres du groupe « Migrations, circulations et territoires en Méditerranée » de l’UMR Telemme figurent au sommaire.

Ce livre a pour ambition de déconstruire les idées reçues sur les rapports qu’entretiennent les phénomènes migratoires et les affrontements conflictuels, porteurs de violence. Cette vision de la ville comme un terrain d’affrontement aborde la question de la migration comme facteur de violence en explorant la notion de xénophobie, et en quoi elle a été le théâtre de conflits venus d’ailleurs. Se départir d’une lecture stéréotypée de l’histoire marseillaise, c’est peut être ne pas y voir le récit d’une cohabitation sans heurts, ni celui d’une xénophobie sans cesse renouvelée. Ce faisant, ce livre se veut un examen lucide du cosmopolitisme marseillais du XIXe au XXe siècle.

SOMMAIRE : 

Introduction (Stéphane Mourlane/Céline Regnard)

La figure de l’ennemi

Aurélia Dusserre (Aix-Marseille Université) : L’image des étrangers à Marseille dans L’Invasion de Louis Bertrand (1907)

Laurence Montel (Université de Caen) : « Mi sang français et italien ». La perception du nervi et du métissage marseillais par un préfet en 1894

 Stéphane Kronenberger (Université de Nice) : Mutation de la présence germanique et présence de la xénophobie 1906-1920

Yvan Gastaut (Université de Nice) : Marseille, 1973. Une ville sous tension, sur fond de chasse à l’ « Arabe »

Julien Gaertner (Université de Nice) : Héros et antihéros marseillais sur grand écran : l’ambivalence des représentations de la violence immigrée (1995-2010)

Batailles d’ici, conflits d’ailleurs

 Simon Sarlin (Université de Grenoble) : Marseille, ville blanche : les enjeux politiques et policiers de la mobilisation contre l’unité italienne entre 1860 et 1864

Stéphane Mourlane (Aix-Marseille Université) : De la violence entre fascistes et antifascistes italiens à Marseille

Robert Mencherini (Aix-Marseille Université) : Violences et conflits dans les camps pour travailleurs indochinois à Marseille dans les années 1940 

Laurent Bocquillon (Aix-Marseille Université) : Football et violence : le cosmopolitisme marseillais a l’épreuve de la coupe du monde 1998

D’autres lignes de fronts

Jean-Claude Farcy (CNRS) : Les migrations, facteur de délinquance ? Représentations et approches historiques

Xavier Daumalin (Aix-Marseille Université) : De l’usage mémoriel du massacre d’Aigues-Mortes par les ouvriers italiens

Laurent Dornel (Université de Pau) : Les paradoxes de la xénophobie ouvrière : immigration et violence (1880-1914)

Céline Regnard (Aix-Marseille Université) : Une société xénophobe ? Marseille à la fin du XIXe siècle

Sylvain Pattieu (EHESS) : Batailles pour le trottoir. Migrants et proxénètes dans les années 1920

 Postface

Laurent Mucchielli (LAMES) : Déconstruire la représentation sociale du lien « naturel »entre immigration et délinquance

 

Pour commander l’ouvrage : 

Presses Universitaires de Provence

Aix-Marseille Université

29, avenue Robert-Schuman – 13 621 Aix-en-Provence CEDEX 1 Tél. 04 13 55 31 93 – Fax 04 13 55 31 80 – valerie.julia@univ-amu.fr