Archives par mot-clé : mémoire

Atelier histoire et mémoires des migrations en Méditerranée

Mercredi 1er Octobre 2014 – de 9h à 17h

Villa Méditerranée

 

Ancrages, la Villa Méditerranée, les laboratoires de recherche Telemme (Aix-en-Provence) et IIAC (Paris), vous convient à cette journée d’études mobilisant associations, laboratoires de recherche et institutions patrimoniales pour réinterroger les impacts du numérique sur les pratiques de valorisation des mémoires des migrations en Méditerranée.

PROGRAMME

9h15 ACCUEIL DES PARTICIPANTS

9h30 OUVERTURE DE LA JOURNÉE

Représentant de la Commission Culture, Patrimoine Culturel et Tourisme au Conseil Régional PACA (sous réserve)

Hélène HATZFELD, Ministère de la culture et de la communication, Département de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la technologie, GIS IPAPIC

André DONZEL, Sociologue, Président de l’association Ancrages

Modération : Samia CHABANI, Déléguée générale de l’association Ancrages

10h00 – 10h20 LA FABRIQUE DES MEMOIRES DES MIGRATIONS

Evelyne RIBERT, Sociologue, Chargée de recherche au CNRS, EHESS Paris, IIAC

10h20 – 11h00 TABLE-RONDE : L’EMERGENCE DES MÉMOIRES DES MIGRATIONS EN LIGNE

Musées virtuels et mémoires des migrations en Italie
Stéphane MOURLANE, Historien, Maître de conférences CNRS-AMU, UMR Telemme

Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français dans les années 2000
Sophie GEBEIL, Doctorante en histoire contemporaine CNRS-AMU, UMR Telemme

PAUSE

11h15 – 12h15 TABLE-RONDE : USAGES NUMÉRIQUES ET MÉDIATION CULTURELLE : AUTOUR DU PARCOURS PLUS LOIN QUE L’HORIZON

La genèse du parcours
Nathalie ABOU ISAAC, Responsable de la production, Villa Méditerranée

Présentation du site web associé au parcours
Véronique CEAUX, Web éditrice, Villa Méditerranée

La réception par les publics
Sandrine CHOMEL-ISAAC, Coordinatrice des publics et des partenariats, Villa Méditerranée

12h15 – 12h30 ÉCHANGES AVEC LA SALLE

DÉJEUNER LIBRE

13h30 – 14h00 PRÉSENTATION DES ESPACES RÉGIONAUX INTERNET CITOYENS – ERIC
Service Innovation et économie numériques, Direction de l’économie régionale, de l’innovation et de l’enseignement supérieur, Région PACA

14h00 – 15h30 TABLE-RONDE : LES USAGES NUMÉRIQUES DES ASSOCIATIONS, FORMES ET EXPÉRIENCES PARTICIPATIVES

Un portail au service de la communauté de développement de solidarité internationale
Aouatif ELFAKIR, Administratrice de l’association Migration & Développement

Retour d’expériences sur La Caravane de la Mémoire
Anne BREUZIN, Chargée de projet association Com’étik diffusion

Numérisation d’archives et réseau collaboratif, retour d’expériences du site d’ARAM
Christian-Varoujan ARTIN, Animateur et administrateur de l’Association pour la recherche et l’archivage de la mémoire arménienne – ARAM

AnonymalTV.org, présentation du projet Memojas, musée virtuel de Jas de Bouffon
Djamal ACHOUR, Directeur de l’association Anonymal
Karim ACHOUR, Educateur et administrateur d’Anonymal

15h30 – 16h00 ÉCHANGES AVEC LA SALLE

16h00 – 16h30 SYNTHÈSE CONCLUSIVE

Hélène HATZFELD, Ministère de la culture et de la communication, Département de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la technologie, GIS IPAPIC

Adresse : Esplanade du J4, 13002 Marseille

 

Mémoires des migrations et usages du numérique

numeriqueLe groupe de recherche « Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle » est associé au projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC, dans  le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture. ce projet offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Ce premier séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Le 7 avril 2014, 14h-17h, Salle Paul-Albert Février,  MMSH – Aix-en-Provence

Maryline Crivello, UMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

 les mémoires des migrations

Stéphane Mourlane, UMR TELEMME, CNRS-AMU: Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie Gebeil, UMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques Sapiéga, SATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine Hélias, INA-Méditerranée (Sous réserve): « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes »  (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Le musée national de l’émigration italienne : enjeux mémoriels

Dans le cadre du séminaire d’histoire contemporaine de l’UMR Telemme « Enjeux de mémoire en Italie », jeudi 10 octobre à 14 h (salle Paul-Albert Février, MMSH), Stéphane Mourlane présente une communication sur « Le musée national de l’émigration italienne : enjeux mémoriels ».

Également au programme, la communication de Pierre-Yves Manchon :

« (Dé)mobiliser. Les politiques mémorielles italiennes, du lendemain de la Grande Guerre au fascisme (1915-1945) »

Colloque international « Migrations et temporalités en Méditerranée XIXe-XXIe siècle » (programme)

affiche10-12 avril 2013 aux Archives et bibliothèque Gaston Defferre à Marseille.

Voir Le programme

Ce colloque international s’inscrit dans le programme transversal de recherches de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, « Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe -XXIe siècle » (MIMED), coordonné par les UMR Telemme, Lames, Iremam, Idemec. Il est aussi en relation avec le programme de l’UMR Telemme « Marseille- Provence, Rivages des produits et des ouvriers du monde », soutenu par Marseille Provence 2013 et les Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

L’analyse des temporalités du fait migratoire a conduit à l’élaboration de typologies et de classifications basées sur une approche téléologique où le migrant passe du statut de primo-arrivant à celui d’« immigré » durablement installé. Au-delà de cette perspective qui met l’accent sur la succession des migrations, l’observation des trajectoires individuelles et collectives questionne des temporalités singulières et diversifiées : celles des projets, des voyages et des traversées, des installations, des nostalgies et des imaginaires, ou encore des mobilités pendulaires. L’approche transnationale nous conduit à renouveler l’analyse des temporalités des parcours migratoires, en passant du temps linéaire de l’intégration à celui réticulaire et circulaire des liens entre sociétés d’origine et d’accueil. La prise en compte des mouvements, mobilités et flux migratoires permet de réinterpréter les dynamiques temporelles socio-spatiales à travers notamment les notions de champ migratoire, d’espace transnational, de cosmopolitisme, de diaspora et de territoire circulatoire. Deux niveaux de réflexion sont ici privilégiés, celui des séquences temporelles qui structurent le phénomène migratoire à un niveau macro, et celui des rapports au temps entretenus par les migrants, à l’échelle de l’individu, de la famille, du groupe et de la société. Résolument transversale, la thématique invite tout particulièrement au dialogue interdisciplinaire, à l’heure où la globalisation du monde contemporain suggère l’accélération des rythmes de ses transformations et promeut la mobilité des individus.

 

Mémoires de guerre civile Espagne/Italie

En partenariat avec le groupe « Imaginaires nationaux et identités territoriales : du local au transnational » de l’UMR Telemme et en collaboration avec le Centre Aixois d’Etudes Romanes, le groupe  “Migrations, circulations et territoires en Méditerranée” propose le 14 février 2013 (salle Paul-Albert Février de la MMSH) une journée sur le thème « Mémoires de guerre civile Espagne/Italie ». La journée articulera une table ronde entre chercheurs et réalisateurs avec la projection de deux documentaires récents recueillant des témoignages sur des parcours familiaux liés à la Seconde Guerre mondiale en Italie, et à la Guerre Civile en Espagne. Ces deux films interrogent les notions de frontière et d’exil au prisme de la mémoire historique, et mettent en scène la délicate construction du récit familial lorsqu’il touche à la question de l’engagement des ascendants.

Programme
10h-12h Le récit identitaire à l’épreuve de la frontière

Présentation : Eve Fourmont Giustiniani Études hispaniques, AMU, TELEMME et Estelle Ceccarini Études italiennes, AMU, CAER

Projection du film « Et l’on se retrouve de l’autre côté », de Nicola Farina (Airelles Production, France, 2012, 55 min.)

14h-16h30 : La mémoire familiale face à l’exil

Projection du film « Aurore, de Christian Caroz (Airelles Production, France, 2006, 1h20)

Table ronde

Nicola Farina réalisateur
Christian Caroz réalisateur
Sophie Baby Histoire contemporaine, Université de Bourgogne-IRICE
Stéphane Mourlane Histoire contemporaine AMU-TELEMME

 

Appel à communication pour un colloque international : « migrations internationales et temporalités en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle »

Le programme transversal MIMED (Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe-XXIe siècle) de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence organise du 10 au 12 avril 2013 un colloque international et interdisciplinaire sur la question des temporalités dans les processus migratoires en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle. Ce colloque est organisé en relation avec le projet de l’UMR Telemme soutenu par « Marseille Provence 2013 » : l’empreinte des ressources ou le patrimoine oublié : Marseille/Provence, rivage des produits et des ouvriers du monde.

Continuer la lecture de Appel à communication pour un colloque international : « migrations internationales et temporalités en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle »

Telemme-Migrations

L’étude des dynamiques migratoires d’un point de vue diachronique comme synchronique du XIXe au XXIe siècle, en accordant une attention particulière au devenir des « acteurs migrants », aux modes de « vivre-ensemble » dans les espaces de la migration ainsi qu’aux rapports sociaux et culturels induits par la gestion quotidienne de l’altérité.

Une démarche contextualisée et comparative

À l’heure de la mondialisation, les circulations et les mobilités paraissent plus intenses. La grande diversité constatée aujourd’hui des origines comme des statuts semble largement déterminée par la flexibilisation des économies imposée par les processus de la mondialisation économique. Le passage de sociétés industrielles à des sociétés de l’information et de la connaissance, ou de sociétés coloniales à des sociétés postcoloniales, ont impliqué un éclatement des logiques de la migration manifeste dans la plus grande diversité des profils et des trajectoires des migrants internationaux. Cela a aussi conduit à une plus grande variété dans les espaces d’implantation ou les secteurs d’activité dans les pays de destination. A contrario, les modes de gestion spécifiques en termes de politiques migratoires que suscitent les frontières nationales ou régionales tendent à s’uniformiser tout en devenant sans cesse plus sophistiqués.

Pour étudier ce double mouvement, la confrontation des espaces et des temporalités permettra de mettre l’accent sur l’étude des contextes historiques et sociopolitiques de réalisation de ces mouvements migratoires. Nous porterons notre attention sur les espaces migratoires de l’Europe méridionale. Parmi eux, le Sud-est de la France constituera un observatoire privilégié permettant le travail de l’ensemble des membres de l’équipe, tout en conservant des points de comparaison forts constitués par les domaines (nouvelles formes de l’immigration en Méditerranée, migration de travailleurs qualifiés, espaces d’agriculture intensive, zones touristiques, frontières vives et régions métropolitaines) ou les aires d’étude de chacun (en particulier les pays d’immigration récente de l’Europe méridionale comme l’Espagne, l’Italie et la Grèce). Les zones de départ des migrants seront elles aussi abordées afin de conduire à un examen complet des territoires de la migration et rendre compte de manière plus exhaustive des logiques migratoires (par exemple, la Kabylie et les régions berbères du Maghreb en relation avec l’espace migratoire franco-algérien).

Les études de ces différents espaces seront ainsi mises en relation, croisées ou confrontées afin d’envisager des perspectives comparatives.

Des postes d’observation privilégiés

La réflexion qui privilégiera les dimensions sociales et culturelles mettra en son centre les acteurs de la migration en vue de les saisir dans leurs espaces de vie quotidienne, dans leurs modes de gestion de l’altérité. Afin de rendre possible cette démarche et de pouvoir développer une réflexion collective, il conviendra de cibler des « postes d’observation » particuliers, qui seront signalés comme des territoires de transversalité géographique et historique, permettant à la fois de saisir les contextes et d’engager des comparaisons à partir d’objets de taille et de nature analogues. Il s’agit en particulier :
– Des mondes du travail, des espaces des entreprises : participation d’un large spectre de catégories socioprofessionnelles aux dynamiques migratoires : ouvriers agricoles, ouvriers, employés, mais aussi étudiants, main-d’œuvre qualifiée et mobilité entrepreneuriale seront pris en considération, tout comme les conflits, les modes d’organisation professionnelle, les types de contrats dans les secteurs publics et privés.
– Des lieux et forme de l’échange dans l’espace public : lieux de constructions de diasporas, de dynamiques communautaires ou mélangés / multiculturels, modes de relations interculturels, rapports sociétés d’accueil / migrants, espaces de rencontres, de sociabilités, mais aussi de mobilisations, de conflits, de discriminations, de xénophobie ou de violence, envisagés dans leur fonctionnement, leurs interactions avec une attention portée aux situations.
– Des espaces résidentiels, du logement et de l’habitat : des bidonvilles aux cités de transit et HLM, en passant par les zones d’accueil des centres villes, et les dynamiques de ségrégation spatiale, en ville, mais aussi dans les espaces ruraux ou touristiques.
– Des espaces marginaux ou liminaux comprenant les frontières politiques et les périphéries des Etats, lieux de passage, de tensions, de cristallisation de conflits et d’enjeux (comme sur les frontières « vives » des marges de l’Europe méditerranéenne) mais aussi les espaces de la marginalité sociales à l’intérieur des territoires des Etats.

Axes problématiques

La somme de nos travaux s’inscrira ainsi sous l’angle des rapports sociaux, des dynamiques culturelles et identitaires, à partir de l’examen de la confrontation à l’altérité que produit la situation de migration. Ces éléments seront déclinés selon des thématiques principales :
– Comment les parcours et les trajectoires migratoires, envisagés dans leurs mouvements, leurs circulations, le va-et-vient entre les espaces de départ, de transit, d’installation voire de retour, permettent de construire le « transnational », et questionnent les relations entre identités et territoires ?
– Comment les processus de constructions mémorielles, interrogent les relations entre processus d’identification et modes de territorialisation ?
– Comment les pratiques culturelles, envisagées sous l’angle des loisirs, du sport, des fêtes, des pratiques religieuses, des investissements associatifs, des supports d’expression médiatiques (presse notamment, média plus généralement), des sociabilités quotidiennes ou plus ponctuelles, permettent-elles de repenser les échanges, les transferts culturels, les processus d’intégration, les situations cosmopolites ou ségréguées, et d’envisager le rapport à l’altérité dans les espaces de migrations ?
– Comment les rapports sociaux, envisagés sous l’angle des rapports de domination économique ou politique, des modes de contrôle social ou policier, des constructions de solidarités ou des revendications politiques (dans un cadre professionnel, syndical, associatif, ou militant), posent-ils la question de la gestion de l’altérité, des modes de vivre ensemble, dans des cadres conflictuels, négociés, ou dans des processus d’affirmations identitaires différenciés ?
– Saillance et centralité du concept de « développement » : nous analyserons le fait migratoire tant dans ses dimensions transnationales, que dans ses effets au sein des sociétés locales, produisant en retour des nouvelles migrations dans les pays de départ mais aussi d’accueil (entre campagnes et villes, entre bassins d’emploi…). A cet effet, nous questionnerons l’histoire du modèle de développement promu depuis les années 70 du Nord au Sud puis du local au mondial : comment est-on passé d’un développement local, auto-centré, endogène, participatif, à un développement économique et social compétitif dans un marché intégré, puis à un co-développement contrepartie des politiques migratoires, concomitant d’un développement durable et soutenable, prenant en compte les interdépendances entre hommes, territoires et milieux. De façon prospective et pluridisciplinaire, nous revisiterons ce concept de « développement » en prenant en compte, ses multiples composantes : sociales, économiques, spatiales, culturelles, cultuelles, écologiques sur les deux rives de la Méditerranée.