Portraits d’immigrés. Photographie et histoire

Introduction : Isabelle Renaudet

Laurence Américi, UMR TELEMME  : Le fonds du studio photographique Keussayan : portraits de Marseille cosmopolite

Les archives municipales de Marseille conservent un fonds de studio photographique, acquis en  2006  auprès de Grégoire Keussayan photographe professionnel  à la Porte d’Aix. Ces photographies conduisent le chercheur à interroger l’apport des portraits de studio à la connaissance de la ville cosmopolite: regards sur les figures de l’immigré, images de quartier, modalités de la représentation de soi.

Céline Regnard, UMR TELEMME : Regards de l’Autre, regards sur l’Autre. Photographies d’ouvriers chinois pendant la Première Guerre mondiale

Pendant la Première Guerre mondiale, la France a eu recours à une main-d’œuvre étrangère nombreuse afin de maintenir son économie et de contribuer à l’effort de guerre. Parmi cette main-d’œuvre, des coloniaux, mais aussi des ouvriers recrutés en Chine à partir de 1916. Jusqu’en 1922 on en dénombre environ 37 000, employés principalement dans l’industrie et les travaux publics. Marseille est une des étapes de leur séjour : ville d’arrivée de leur périple maritime, elle est aussi une ville de transit avant une nouvelle affectation ou un rapatriement. À partir de l’étude d’une série de bulletins de déserteurs chinois émis à Marseille, comportant une photographie des individus recherchés, cette communication aura pour but d’étudier le portrait photographique d’identification de cette main-d’œuvre immigrée sous contrat. Il s’agira d’en cerner les buts, les usages, les enjeux et l’efficience.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.