Petite guerre et pensée large. Mobilités armées et élaboration européenne d’une pensée de la guerre irrégulière dans l’Italie du Grand Brigandage (1860-1865).

BB-A-ChevalSéminaire du 19 janvier 10h (salle 101 MMSH).

Pierre-Yves Manchon (Telemme-AMU) : Petite guerre et pensée large. Mobilités armées et élaboration européenne d’une pensée de la guerre irrégulière dans l’Italie du Grand Brigandage (1860-1865).

Plus connu sous le nom pourtant énigmatique de « Grand Brigandage », le conflit intestin que connurent les campagnes de l’Italie méridionale au lendemain de l’unification politique du pays a plus souvent été étudié pour ses causes macrosociologiques ou politiques, que pour ses formes : celle d’une guerre irrégulière, fruit d’un projet légitimiste de guérilla rurale combattue par des forces libérales et unitaires, qui surent progressivement concevoir l’outil répressif pluriel le plus à même de mener une contre-guérilla finalement victorieuse. Or, dans l’élaboration du projet de guérilla légitimiste de 1860-1861 comme dans la construction difficile d’une pensée italienne du contre-brigandage, on constate combien fut importante la connaissance que les différents acteurs avaient tant des précédents historiques et des expériences contemporaines – en Italie et de part et d’autre de la Méditerranée – que des théories de la guerre irrégulière muries depuis près d’un demi-siècle sur le terreau des expériences révolutionnaires et napoléoniennes. Le cas de la Guerre du Brigandage nous invite ainsi à considérer à partir du cas italien l’importance de la transmission dans le temps et de la circulation dans l’espace européen d’expériences et de modèles en matière de guerre irrégulière, dont les ouvrages imprimés, bien sûr, mais également les exilés politiques, volontaires armés et mercenaires furent les principaux vecteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *