Formes et aspects de la vie des migrants en habitat précaire (Méditerranée XVIIe-XXIe siècles)

HABITAT PRECAIRE FinalLe groupe Telemmig organise  les 2 et 3 juin 2016 en partenariat avec  le laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes » de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’URMIS un colloque international sur le thème Formes et aspects de la vie des migrants en habitat précaire (Méditerranée XVIIe-XXIe siècles). 

Ce colloque s’inscrit dans ce champ d’étude en étudiant l’habitat précaire comme corollaire de la migration, c’est-à-dire à la fois contraint, par les conditions d’accueil et les ressources, et accepté parce que souvent envisagé comme transitoire dans un parcours migratoire. Cette interrogation sur la longue durée, dans les espaces ruraux et urbains du pourtour méditerranéen, porte spécifiquement sur l’existence d’un lien entre formes de l’habitat et modes d’habiter ou expériences de vie. La précarité vécue et perçue réside potentiellement dans cette combinaison.

Le colloque fait donc le choix de porter l’attention sur les fabriques et les expériences de l’habitat précaire comme constitutives des parcours migratoires.

– Fabriques de l’habitat précaire

 La précarité de l’habitat des migrants se présente sous diverses formes. La distinction principale s’opère entre, d’un côté, les espaces déjà bâtis – et souvent dégradés – investis par les migrants et, de l’autre, les espaces construits ou auto-construits à partir de matériaux de récupération, à vocation transitoire mais à usage parfois pérenne. Quelles que soient ces formes, l’habitat précaire contribue à la fabrique de territoires interstitiels. Il y a donc, au delà de la variété architecturale et de la diversité des contextes, des caractéristiques propres à l’habitat précaire, qu’il importe de mettre en lumière : modes de construction, détournement fonctionnel des espaces, appropriation de terrains appartenant au domaine de l’Etat, rapports incertains aux normes et règles (insalubrité vs indécence), promiscuité, contiguïté et coexistence forcée avec le voisinage, processus de marginalisation, etc.

L’habitat précaire peut être examiné à la fois sous l’angle des modes d’agrégation résidentielle et de leur étendue, mais aussi en articulation avec les sociétés et espaces environnants. Ainsi, la variation des échelles d’analyse permet d’examiner les différentes relations entre l’habitat précaire et les territoires qu’il investit (relations économiques, fonctionnelles, sociales, culturelles).

 – Expériences de l’habitat précaire

Dans sa diversité, l’habitat précaire des migrants (enclos, bidonvilles, camps de transit, garnis, foyers…) suscite des modes d’organisation sociale qu’il convient d’examiner. L’existence de rapports de solidarités familiales, communautaires et amicales dans des lieux où le déracinement culturel et la marginalité socio-spatiale sont la règle . Ces solidarités se trouvent redéfinies dans l’épreuve que constitue la pauvreté, l’insalubrité et dans certains cas l’insécurité et le racisme. Cet espace marginal et/ou marginalisé, résultant de la désagrégation du tissus social, fonctionne comme un lieu où se réajustent les normes sociales et légales et où se structure une organisation politique et/ou syndicale. Les modes de vie, dans leur trivialité (alimentation) et leur intimité (sexualité) en sont affectées dans des dimensions qui méritent de continuer à être explorées, à la suite de divers travaux conduits à Nice et à Tunis dans les années 70.

LE PROGRAMME :

2 JUIN

Matin : Fabriques de l’habitat précaire

Eleonora CANEPARI (AMU A*Midex Telemme) : Migrants et habitat précaire dans une ville d’Ancien Régime (Rome, XVIIe-XVIIIe siècles)

Beya ABIDI (Université de la Manouba), L’« oukalisation«  des palais beylicaux aux XIXe-XXe siècles: vers une nouvelle forme d’habitat insalubre.

Khedija DERBEL, (Université de Tunis), L' »oukalisation » de l’école primaire rue du Tribunal : Une question d’appropriation de l’espace.

Sami KAMOUN (Université de Tunis), Autocostructions médinales tunisoises actuelles et déconstructivisme architectural: ressemblances esthétiques.

Après-Midi : Les bidonvilles

Stéphane KRONENBERGER (URMIS) : Habiter et vivre à l’écart en pays industriel : le cas des Nord-Africains de Franche-Comté (1945-1975)

 Stéphane MOURLANE (AMU-CNRS Telemme) : Les conditions sanitaires dans « l’enclos Peysonnel » de Marseille : ambivalence des regards (1950-1960).

Riadh BEN KHALIFA (Université de Tunis) et Nadhem YOUSFI (Université de Nice) : La vie quotidienne des Maghrébins dans le bidonville de la Digue des Français de Nice (années 1970) : appropriation d’un espace périphérique et expériences de vie

Swanie POTOT, (CNRS, URMIS) Bidonvilles « Roms » sur la Côte d’Azur : ethnicisation de la marginalité et insertion sociale segmentée

Elisabetta ROSA (Post-doctorante AMU, UMR 7303 Telemme, LabexMed) : Petite histoire d’une porte et d’une famille rom à Marseille


3 JUIN

Matin : Logements de transit et de retour

Céline REGNARD (AMU-CNRS Telemme IUF) : Du pont du bateau à l’hôtel pour émigrants, le logement précaire des « Syriens » de passage à Marseille (1887-1913)

 Olfa BEN ACHOUR (Université de Tunis), Territoires de transit et d’accueil (Algérie, France, Israël) : regards croisés sur les conditions de vie précaires des migrants juifs de Tunisie (1947-1956)

 Francesca CAPECE (AMU-CNRS Telemme) : La précarité du retour. Le logement des rapatriés à Rome (1939-1940)

 Anis BEN ALI (Université de Tunis), Le problème du logement des rapatriés français d’Afrique du Nord dans les Alpes-Maritimes (années 1950-1960).

Après-Midi Ruralité et précarité

Marouane LAJILI (Université de la Manouba) : Migrants ruraux et habitat précaire aux environs de Tunis (1930-1950) : atteintes aux droits de propriété et problèmes d’intégration : l’exemple du Séjoumi et d’El Kabbaria

Béatrice MESINI (CNRS-Telemme MMSH-AMU) : Habiter la saisonnalité agricole dans les champs de Provence, entre précarité de jure et vulnérabilité de facto

 

Mobilhom(m)es. Formes d’habitats et modes d’habiter la mobilité (XVIe-XXIe siècles)

6976.png.tiffL’ouvrage présente les résultats d’un questionnement collectif sur les formes d’habitat et modes d’habiter en contexte de circulation, voyage ou migration, en explorant les trajectoires habitantes, les pratiques quotidiennes, les techniques constructives et les modalités adaptatives de la mobilité résidentielle. Saisies dans une approche pluridisciplinaire et diachronique, les inscriptions sociales, spatiales et temporelles de l’habitat temporaire sont documentées dans des espaces situés, entre campagnes, villes, régions et pays. Les contributions dépeignent la furtivité des habitants, la fugacité des formes d’occupations, la frugalité des besoins et ressources, la fonctionnalité des lieux appropriés, le foisonnement des représentations et la force des réseaux mobilisés. En contrechamp, les formes plurielles de déplacements et la diversité des circulations révèlent aussi un système complexe d’ancrage et d’attachement aux lieux appropriés, de reliance entre ceux qui les ont façonnés, qui les abritent ou auxquels ils aspirent par la mobilité.

Les auteurs

Eleonora CANEPARI est chercheur en histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille. Béatrice MESINI est chercheur au CNRS en géographie, Stéphane MOURLANE est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille.

 

Quand les journalismes s’invitent dans l’enquête. Étudier les migrations dans les Balkans aujourd’hui.

25191246Le lundi 23 mai 2016 à 10h en salle 101 de la MMSH , nouveau séminaire  sur l’approche méthodologique. Lucie Bacon (Migrinter TELEMMe) ,Morgane Dujmovic (AMU-Telemme) et Laurence Pillant (AMU-Telemme) proposeront leurs réflexions autour du thème « Quand les journalismes s’invitent dans l’enquête. Étudier les migrations dans les Balkans aujourd’hui »

Les thématiques migratoires connaissent une médiatisation accrue en Europe, en particulier avec ce qui est communément appelé la “crise des migrants” au cours de l’été 2015. La route dite “des Balkans”, devenue l’une des principales voies d’accès des migrants à l’Union européenne, est placée au coeur de l’attention médiatique, comme le sont régulièrement le détroit de Gibraltar, Ceuta et Melilla, ou encore Lampedusa. Ces lieux emblématiques du contrôle migratoire connaissent périodiquement la venue de nombreux journalistes.
En tant que chercheuses, comment cette situation de coprésence sur le terrain questionne-t-elle notre rapport à ces acteurs ? Jusqu’où collaborer avant, pendant et après le terrain ? Plus généralement dans l’enquête, comment se positionner face aux sources d’information et aux méthodes journalistiques ?

A partir de trois terrains d’enquête menés dans les Balkans (Croatie, Grèce, Serbie-Macédoine) à des périodes différentes, nous nous interrogeons sur les impacts de cette médiatisation sur nos objets d’études comme sur nos méthodes d’enquête. À différents stades de nos recherches, cette médiatisation nous amène à repenser nos modes de production et de restitution des données, et plus généralement notre positionnement de chercheuses.

Retracer les pratiques de protection sociale à travers des espaces multiples : démarche et défis de l’ethnographie multi-située

Le prochain séminaire du groupe Migrations de l’UMR Telemme se déroulera le lundi 18 avril à 10h en salle Temime à la MMSH. Dans le cadre de ce séminaire consacré cette année aux aspects méthodologiques Polina Palash, présentera une communication intitulée « Retracer les pratiques de protection sociale à travers des espaces multiples : démarche et défis de l’ethnographie multi-située ». Polira Palash, doctorante en géographie sous la direction de Virginie Baby-Collin (AMU) et de Valentina Mazzacuto (Université de Maastricht),  prépare une thèse sur «  Migrations équatoriennes en Europe, élaborations transnationales de systèmes formels et informels de protection et de sécurité sociale ».

Voir le résumé de la présentation : Telemmig 18 Avril

Les marges en image. Dialogue autour de la vidéo et son usage en terrain sensible

Le prochain séminaire du groupe Telemmig, le 22 février 2016 de 10h à 12h (salle Temime, MMSH) donnera lieu à une nouvelle séance de réflexion méthodologique. Assaf Dahdah et Elisabetta Rosa, post-doctorants en géographie,  feront dialoguer deux expériences de terrain où l’usage de la caméra vidéo a été privilégié par les chercheurs. Que ce soit avec une famille Rom dans le quartier de la Belle-de-Mai à Marseille ou avec les commerçants bangladais de Sabra à Beyrouth, il est nécessaire de s’interroger sur le rôle de l’image dans la démarche de recherche en sciences sociales.

Les logements de la mobilité (XVe-XXIe siècles)

88 Fi 19721-22 janvier 2016

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence Salle P.-A. Février

 

Organisées par Eleonora Canepari (AMU – TELEMME- CNRS, A*MIDEX) et Céline Regnard (AMU – TELEMME -CNRS-IUF)

En collaboration avec le séminaire Axe 3, groupe 1, « Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècles » (TELEMME)

Programme :

Jeudi 21 janvier 14 h – 18 h

 Introduction : Eleonora Canepari (AMU – TELEMME- CNRS, A*MIDEX) et Céline Regnard Céline Regnard (AMU – TELEMME -CNRS-IUF)

Séance 1 – Logeurs et logés

Présidence : Stéphane Mourlane (AMU-TELEMME- CNRS)

Jean-Baptiste Xambo (Université La Sapienza, Rome), De la porte d’Aix aux Grands Carmes. Le logement « à la nuit » des ouvriers de passage à Marseille au XVIIIe siècle

Céline Regnard (AMU-TELEMME-CNRS, IUF), Les locataires du Panier : portrait d’une population volatile à Marseille (1869-70) 

Riadh Bel Khalifa (Université de Tunis), Aux marges de la ville de Nice : la vie quotidienne des maghrébins dans le bidonville de la Digue des Français (1969-1976)

Anna Badino (IMéRA), « Je devais faire le linge pour tous » Hospitalité et cohabitations dans les migrations internes à Turin dans les années 1960

Assaf Dahdah (AMU-TELEMME-CNRS), Inégalités et altérités à tous les étages. Logements, migrants et établis dans les marges de Beyrouth

Vendredi 22 janvier 9 h – 12 h 30

Séance 2 – Territoires

Présidence : Virginie Baby-Collin (AMU-TELEMME-CNRS, IUF)

Eleonora Canepari (AMU-TELEMME- CNRS, A*MIDEX), An unsettled space. The suburban parish of San Giovanni in Laterano and its inhabitants (Rome 1630-1655)

Sigrid Wadauer (Université de Vienne), On the usage of municipal wayfarers’ lodges (Cistleithania/Austria 1880-1938)

Beya Abidi (Université de Tunis), Les villages de colonisation, dynamiques d’urbanisation et mobilités dans la plaine de la basse vallée de la Medjerda XVIIe-XXe siècles

Silvia Lucciarini (Université La Sapienza, Rome) – Massimiliano Crisci (CNR, Rome), Recent transformations in housing and migration flows in Rome

Morgane Dujmovic (AMU-TELEMME-CNRS), Camps de transits en Croatie : des territoires humanitaires et sécuritaires

Julie Chapon (INED), Les mobilités et parcours des personnes en logement non ordinaires à travers deux terrains de recherche : un chantier du bâtiment et le milieu rural cévenol

14 h – 18 h Formes et structures

Présidence : Thomas Glesener (AMU-TELEMME-CNRS)

Assia Touarigt (Université de Paris 4), Reconstitution de quelques funduq-s algérois de la période ottomane. Les archives militaires françaises à l’épreuve de l’archéologie du disparu

Dhaker Sila (Université de Kairouan) Les Fondouks de Tunis aux XVIIe et XVIIIe siècles

Michele Nani (CNR, Rome) Braccianterie, capanne, casoni : formes du logement pauvre dans une société rurale (Ferrara, XIXe siècle)

Béatrice Mesini (CNRS-TELEMME-AMU), « Les Roms s’acampent sur le carreau de la mine ». Transit, translation, transaction et transition résidentielle

Claire Lévy-Vroelant (Université de Paris 8), Les bains-douches parisiens des années 1920 à nos jours : de l’annexe du logement à l’aménité éphémère

Alain Faure (Université de Paris 10 Nanterre), Conclusions

Migrations de retour: enjeux, perspectives et pratiques de recherche.

Le séminaire du groupe migrations de l’UMR Telemme du lundi 23 novembre (salle Temime) sera consacré aux Migrations de retour: enjeux perspectives et pratiques de recherche. 

Francesca Capece, doctorante à l’UMR Telemme dans le cadre d’une co-tutelle entre l’Université d’Aix-Marseille et l’Université de la Tuscia (Viterbe, Italie), montrera dans sa présentation comment  le regard par le retour permet de saisir différemment certains aspects de l’expérience migratoire. Elle soulignera notamment que la question de la définition n’est pas sans poser de problèmes et apparaît étroitement liée à la perspective adoptée et des outils mobilisés par les  chercheurs. 

La présentation de Francesca Capece sera discutée par Virginie Baby-Collin, professeur en géographie à l’Université de Aix-Marseille.

Migrations et mobilités, quels regards aujourd’hui dans les sciences humaines et sociales ?

MIMEDLa journée d’études organisée en partenariat avec l’École française de Rome vise à poser les bases épistémologiques d’un dialogue au sein des sciences humaines et sociales. Le réseau thématique de recheche sur les migrations en Méditerranée (MIMED) de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme entend dans une perspective interdisciplinaire interroger la question de la circulation comme une dynamique temporelle afin de restituer des processus de longue durée et de mettre en perspective des processus comparables à différentes moments.

Programme

Accueil 8h45

9h Introduction : Sylvie Mazzella (CNRS-LAMES)

  •  9h 30 -12h30 : Retours dans le temps

Modération : Stéphane Mourlane (AMU-Telemme)

  • Sophie Bouffier (AMU-CCJ), Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome) : Migrations ou mobilités antiques, genèse d’un débat épistémologique
  • Cédric Quertier (École française de Rome), Ivan Armenteros (IMF-CSIC Barcelone) Les sociétés médiévales en mouvement : tendances récentes de l’historiographie des mobilités et des migrations 
  • Thomas Glesener (AMU-Telemme) : Des sociétés immobiles aux sociétés circulatoires, une approche critique de l’histoire des mobilités dans l’Ancien Régime
  • Gilles Bertrand (Université de Grenoble- CRHIPA) : Le voyage en Méditerranée du XVIe au XIXe siècle et le défi des atlas historiques

14h-18h – Regards contemporains

Modération : Virginie Baby-Collin (AMU-Telemme)

  • Nancy L. Green (EHESS Paris) : Immigrés, migrants, et réfugiés: un regard historique sur le transnationalisme et ses limites
  • Swanie Potot (CNRS-URMIS Nice) De l’émigré-immigré au migrant transnational: évolution des paradigmes en sociologie des migrations
  • Gildas Simon (MIGRINTER) : Révolutions et migrations, hier et aujourd’hui, une nouvelle piste de recherche à explorer ?
  • Catherine Wihtol de Wenden (CERI-Sciences Po Paris) : Migrations et mobilités: les apports et limites de la science politique
  • Alexis Nuselovici (AMU-CIELAM-FMSH) : La migration, condition humaine ou condition sociale ?

 

L’intenable position de la Grèce sur les migrants

LE MONDE |  03.09.2015

Par  Pierre Sintès (Géographe)

Depuis plusieurs mois, l’Europe fait face à un afflux de population sans précédent qui s’accompagne d’un lot de souffrances et provoque un nombre accru de victimes aux portes de l’Union européenne (UE). Au cœur de cette odyssée, la frontière gréco-turque constitue l’obstacle le plus mortifère. Outre la dangerosité du voyage, les sommes à payer aux passeurs et les mauvais traitements subis en chemin, les conditions d’accueil, sont une nouvelle épreuve lorsque ces migrants arrivent sur le sol grec où les autorités avouent être débordées. Continuer la lecture de L’intenable position de la Grèce sur les migrants

Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions

Verriers italiens LyonDans le cadre du séminaire du groupe Telemmig, animé  le lundi 1er juin  (9h30-salle Temime, MMSH) par Xavier Daumalin,  Stéphane Kronenberger, post-doctorant en histoire contemporaine (A*Midex à Aix Marseille Université Projet SynTerCaIM),  présentera une communication sur

Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions  Continuer la lecture de Le travail des enfants italiens dans les verreries au XIXe siècle et à la Belle Epoque: contrôles et transgressions

Espace informel de discussion pour les chercheurs.e.es dans les études migratoires

L’équipe Telemmig est associée à l’organisation d’un atelier thématique du réseau Migrations le 2 avril à la MMSH d’Aix-en-Provence.

Le réseau Migrations existe depuis Juin 2014 et entend rassembler tout.e jeune chercheur.e dont les travaux placent la question des migrations au coeur de leurs préoccupations. Incluant des doctorant.e.s, des étudiant.e.s en Master, des post-doctorant.e.s et des chercheur.e.s non-titulaires, il a vocation à leur offrir un espace transdisciplinaire, professionnel comme informel, d’échange, d’entraide et de réflexion, et à servir de plateforme pour promouvoir leurs recherches, notamment dans le contexte d’événements scientifiques organisés à ces desseins.

Voir le programme :

PROGRAM_Coming Workshop_April_2015_Migrations Network.pdf

L’image des « Arabes » dans les médias français à l’épreuve des crises internationales depuis les années 1970

KhomeinyJeudi 26 mars 2015Sciences Po, 11 place Saint-Julien, Menton salle 309-310.

Rencontre de l’ANR ECRIN organisée par l’UMR Telemme en partenariat avec Sciences Po Paris, campus Moyen Orient-Méditerranée

Les crises internationales recèlent certes des dimensions géopolitiques et diplomatiques, mais pas seulement. Elles impliquent fortement les opinions publiques qui en suivent les soubresauts au travers des comptes rendus médiatiques. Elles suscitent d’autant plus d’émotions et d’inquiétudes qu’elles sont observées à l’aune d’enjeux nationaux et qu’elles rejaillissent sur les rapports sociaux intérieurs. En France, les crises qui touchent depuis les années 1970 le monde arabo-musulman, quelle que soit leur forme, entrent en résonnance avec la mémoire coloniale et la question souvent associée de l’immigration. Ces crises internationales participent donc, dans des conditions qu’il convient d’examiner, de l’élaboration dans les médias et dans l’opinion publique de la figure discriminée de « l’Arabe ».

9h30-10h

Bernard El Ghoul, directeur du campus Moyen Orient-Méditerranée de Sciences Po

Maryline Crivello, directrice de l’UMR Telemme-Université d’Aix-Marseille

Ouverture de la journée

Stéphane Mourlane (Telemme-Université d’Aix-Marseille)

Introduction

10h-12h30 : Échos palestiniens

Modération: Bernard El Ghoul (Sciences Po Paris)

  • Thomas Maineult (CHSP-Sciences Po Paris) : L’émergence de la cause palestinienne à la télévision française dans les années 1970
  • Alec Hargreaves (Université de Floride) : La seconde Intifada et les populations « arabes » de France

14h-17h : Effets collatéraux des crises internationales

 Modération : Maryline Crivello (Telemme-Université d’Aix-Marseille)

  • Edouard Mills-Affif (Université Paris Diderot) : L’impact du choc pétrolier de 1973 sur les représentations télévisuelles des « Arabes »
  • Julien Gaertner (URMIS-Université de Nice): De l’Ayatollah Khomeini à Véronique Sanson : dix années de crispation sur l’Islam 1979-1989
  • Yvan Gastaut (URMIS-Université de Nice) : Un figure médiatique d’une menace de l’intérieur ? La Guerre du golfe et reportages télévisés les « Arabes » de France (1990-91)
  • Catherine Wihtol de Wenden (CERI-Sciences Po Paris) : Les effets de la crise du 11 septembre sur les immigrés maghrébins en France à travers les médias et notamment la télévision

Camps de la migration

campMilles - copieCentres de rétention d’étrangers, zones d’attente, centres d’accueil pour demandeur d’asile, zones de transit, campements, camps de déplacés internes, ou camps de réfugiés…Partout dans le monde, des individus sont maintenus dans ces endroits qui s’apparentent à des camps. Ce type de rétention se répand depuis le début du XXe siècle. Hier comme aujourd’hui, ces lieux procèdent d’une même volonté politique : le regroupement et la mise à l’écart du reste de la société de populations non désirées, le plus souvent migrantes, poussées à quitter leur terre d’origine pour rechercher une vie meilleure.

Cette journée organisée dans le cadre de la « Recherche et la cité » propose des aspects de la réflexion en sciences sociales sur ces camps passés et actuels tout en donnant à voir, au camp des Milles, l’un de ces lieux d’exclusion dont la mémoire résonne avec des formes actuelles.

 

PROGRAMME

 Matinée

9h30 : Ouverture de la journée, par Maryline Crivello, directrice de l’UMR TELEMME, et Bernard Mossé, responsable des contenus du Camp des Milles.

9h45 : Introduction, par Pierre Sintès (AMU- Telemme).

10h : Olivier Clochard (Migrinter) : « On m’a enfermé là » : les camps contemporains de l’exil

10h30 : Stéphane Kronenberger (Telemme): Les camps de concentration du Sud-Est de la France durant la Grande Guerre

11h : Morgane Dujmovic et Laurence Pillant (AMU, Telemme) : Les camps aux frontières extérieures de l’Union européenne. Regards croisés Croatie – Grèce.

11h30 : Discussion.

12h30 Buffet-déjeuner

 Après midi

13h30-15h : Visite du Camp des Milles

15h15 : Intervention d’Alain Chouraqui, Président du Camp des Milles

15h30 : Nicolas Puig (URMIS) : Palestiniens au Proche-Orient entre refuges et migrations

16h-17h15 : Projection du film Les Chebabs de Yarmouk d’Axel Salvadori Sinz.

17h15-18h : débat et clôture de la journée

 

Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle